Bref sur le Fonds

dimanche 6 août 2006
12:00 AM

​ 

 

Le Fonds égyptien pour la coopération technique avec les pays du Commonwealth, Européennes islamiques et ceux Indépendants récemment

1993-2005

L’Egypte a toujours cherché à renforcer ses relations avec tous les pays partant du principe égyptien à établir de bonnes relations avec tous le monde et créer des ponts solides basés sur le respect mutuel et la coexistence pacifique.

Depuis la dissolution de l’URSS à la fin de 1991, l’Egypte s’est attardé à suivre cet importante incident qui a apparue au niveau international et ses conséquences subites comme le changement de l’équilibre et les massivités régionaux et internationaux.

De même que l’apparition du Commonwealth ou des pays indépendants récemment composés de 12 pays : la Russie unifié, l’Ukraine, la Bélarussie, la Moldavie, l’Arménie, la Géorgie, et l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Uzbekistan, le Turkménistan, le Tadjikistan, la Kyrgyzstan.

L’intérêt de l’Egypte à soutenir ses relations avec ces pays indépendants récemment a été traduit à travers la promulgation d’une décision présidentielle à la fin de 1992 par l’établissement du Fonds égyptien pour la coopération technique avec les pays du Commonwealth reformulé en 1995 pour ce spécialiser également dans le soutien de la coopération technique avec la Bosnie Herzégovine et l’Albanie.

D’après les instructions du Ministre des Affaires étrangères, la Macédoine et la Mongolie ont rejoint son secrétariat en 1997 et enfin l’Afghanistan en 2005.

Le Fonds égyptien pour la coopération technique avec les pays du Commonwealth, Européennes islamiques ceux indépendants récemment est considéré comme un mécanisme exécutif et de la politique étrangère de l’Egypte et l’activation de son rôle pour soutenir et approfondir les relations égyptiennes bilatérales avec ces pays.

Le Ministère des Affaires étrangères égyptien est responsable du Fonds égyptien, dont la Présidence, la direction et la détermination de sa politique générale sont pris en charge par le Ministre Ahmed Aboul Gheit, alors que la Présidence directe est faite par un des Ambassadeurs en tant que Secrétaire Général du Fonds.

Depuis l’établissement du Fonds, le Secrétariat a tenu à ce que son rôle soit effectif en vue de renforcer les relations avec les pays de cette région, ainsi que d’être un des mécanismes constructifs de la Diplomatie égyptienne pour affirmer le rôle pivotant et pionnier à tous les niveaux régionaux et internationaux basés sur l’appel à la paix et le droit de tous les peuples du monde à réaliser leur développement et leur prospérité.

Les aspects contribuant à l’activation du rôle du Fonds égyptien sont les relations historiques prolongé pendant plusieurs années avec les pays du Commonwealth durant la période de l’URSS qui a soutenu les questions égyptiennes et Arabes.

Les relations entre l’Egypte et l’URSS sont fortes et ce sont représentés par la présentation des Bourses aux étudiants égyptiens, leur apprendre la langue russe ainsi que la participation d’experts russes à construire le Haut Barrage et profiter de l’expérience militaire dans ce domaine.

En effet, des familles d’origine de cette région russe vivent et coexistent avec la communauté égyptienne comme par exemple la grande communauté arménienne.

Le peuple égyptien a lu les œuvres de l’Imam Uzbakanistan El Bokhari, l’Imam El Tormozy et le grand scientifique El Farabi, ce qui souligne que le lien culturel et civilisateur avec ces pays ne s‘est jamais rompue.

Par conséquent ceci a permis d’aboutir à la compréhension commune et le lien positif des relations avec ces pays d’une part et une incitation du Fonds à continuer les relations et créer de nombreux canaux pour pouvoir communiquer avec les pays de cette région d’autre part.

Le secrétariat du Fonds cherché a exécuter une politique basé sur plusieurs axes principales lui permettant les différents soutiens techniques de ces pays.

Au départ cette politique s ‘est formé de deux axes principales qui sont l’organisation de sessions d’entraînement des cadres de ces pays et présenter l’expérience technique égyptienne à travers l’envoi de ceux-ci conformément aux besoins de ces différents pays.

Par la suite le Secrétariat du Fonds a commencé à élargir son champ de travail et développer son fonctionnement de manière à ce que d’autres axes seront exécuté pour présenter davantage de soutiens sous différents formes contribuant à former l’infrastructure ainsi qu’aider ces pays à confronter sa situation économique, sociale et culturelle actuelle.

A l’occasion du 14ème anniversaire de la fondation du Fonds, le Secrétariat a décidé de publier un document qui présente un  bref aperçu de tous les axes par lesquels ce travail a été établi jusqu'à atteindre les objectifs désirés.

A travers l’exposition des axes, voici l’idée et le but de l’établissement du Fonds et les moyens pris pour réaliser ses buts désirés.

Les 8 axes principaux sont les suivants :

Le 1er axe :

Cet axe s’est chargé d’organiser et d’exécuter la tenue de Sessions d’entraînement des pays qui entrent dans le cadre du travail du Fonds, en leurs fournissant l’expérience technique égyptiennes dans les domaines dont ils en ont besoin.

Conformément à ces besoins, voici les bases de ces Sessions :

1.      La mise en place d’un plan annuel de Session déterminées sur des bases qualitatives et non quantitatives, puis selon les besoins effectifs des pays.

Les différences de revendication et les phases du développement de ces pays sont pris en considération, d’après une étude scientifique des priorités de ces pays et des bases sélectives.

2.      Des Sessions d’entraînements des cadres de la Bosnie et de l’Albanie sont formées à part puisque les niveaux de ces pays sont différents ainsi que les langues utilisées pour la traduction.

3.      La présentation d’une expérience distinguée dans les domaines établis pour réaliser le profit idéal.

Le 2ème axe :

Il est chargé de léguer un nombre d’experts égyptiens spécialisés pour un court, un moyen ou un long terme pour pouvoir entraîner le plus grands nombres de cadres possibles de ces pays dans les domaines demandés ou bien pour travailler ensembles avec ces cadres pendant des durées déterminées pour fournir leurs expériences à ces domaines.

Le 3ème axe :

Le Secrétariat a commencé de suivre une plus grande politique depuis 1996 à travers une vision approfondi de la nécessité de l’activation du rôle du Fonds et de profiter des potentiels disponibles auprès des Associations et des Organisations Internationales de manière à approfondir les relations avec les pays de la région.

Cette politique se représente dans l’axe de la coopération trilatérale où les appels nécessaires ont été fait à cet égard, ainsi que les rencontres avec les responsables des appareils des Nations Unies et des Agences spécialisées comme le programme des Nations Unies pour le développement et l’agriculture FAO, l’UNICEF et le PNUD.

Le Secrétariat a appelé les Institutions qui présentent des soutiens des pays en voie de développement à un nombre de pays donateurs comme les Etats Unis, le Japon , l’Allemagne, l’Italie et d’autres.

De même que l’élargissement et l’approfondissement de la coopération et du financement commun entre le Fonds et un nombre de Ministères et d’Institutions en Egypte.

Le Secrétariat a porté intérêt à profiter du Mémorandum de Compréhension signé dernièrement avec la Banque Islamique pour le Développement le 9 Août 1994 de manière à ce que cet Accord soit traduit en une réelle coopération fructueuse et constructive.

En 1997, cette Banque a financé un nombre de Session d’entraînements exécutés par le Fonds en plus de la contribution des frais d’envoi d’un nombre d’experts égyptiens aux pays du Commonwealth.

Le 4ème axe :

Cet axe est chargé de présenter des soutiens humanitaires aux pays du Commonwealth dans le cadre de répondre aux appels des appareils des Nations Unies pour aider les pays dans la région.

Des aides humanitaires, alimentaires et médicaux ont été envoyés à Azerbaïdjan, Tadjikistan et en Bosnie basés sur les dons livrés par les différentes Autorités égyptiennes et les frais de transport assumés par le Secrétariat du Fonds.

La cérémonie de présentation de ces aides adoptés par les Ambassades de l’Egypte accrédité auprès de ces pays a été fortement couverte par les médias pour assurer l’assistance du Gouvernement et du peuple égyptiens des circonstances actuelles par lesquelles passent ces pays.

Il est a souligné que le Fonds égyptien est considéré le Point Focale responsable de ce qui est présenté par toutes les Autorités égyptiennes à la Bosnie qui a reçu une grande assistance à cause de la longue période de souffrance qu’elle a connu.

Le Secrétariat du Fonds a porté intérêt à jouer un rôle sur le plan de la reconstruction de la Bosnie dans lequel la Communauté Internationale participe à financer la réparation d’une des écoles et d’une des hôpitaux à Sarajevo.

Le 5ème axe :

Cet axe représente l’Egypte dans la plupart des réunions des pays donateurs relatifs à ceux du Commonwealth et de la Bosnie, à travers la participation du Secrétaire Générale du Fonds dans ces réunions considérés comme une bonne opportunité pour faire connaissance de ce que la Communauté Internationale présente à ces pays.

De même que leur apprendre le rôle de l’Egypte et les soutiens présentés.

Le Secrétariat a participé aux réunions de la majorité des pays du Commonwealth comme l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Uzbekistan, le Tadjikistan le Turkménistan et la Bosnie Herzégovine.

Le 6ème axe :

Le Secrétariat du Fonds a porté intérêt à la participation effective des Comités égyptiens communs tenus avec les pays du Commonwealth et à connaître les derniers développements concernant les Accords signés aidant à surmonter les obstacles.

Le Secrétariat a souligné la nécessité que tous les communiqués publiés et la déclaration de clôture de ces Comités contiennent l’indication du rôle joué par le Fonds dans le but de soutenir et d'approfondir les relations bilatérale entre l’Égypte et les pays du Commonwealth.

Le 7ème axe :

Dans le cadre de la vision du Secrétariat du développement du travail pour renforcer les relations bilatérale entre l’Egypte et les pays du Commonwealth, il a commencé a renouveler la manière de travailler depuis le début de 1997.

Il est chargé d’adresser les invitations aux grands officiels, les personnalités importantes ayant affectés la formation de la décision et les personnalités médiatique comme les grands journalistes et les responsables de la radio et de la télévision.

Un nombre de légations des Ministères des Affaires étrangères de ces pays ont visités l’Égypte depuis 1997 jusqu’au début 2005.

De même des invitations ont été adressés aux journalistes pour visiter l‘Égypte et échanger les points de vues dans toutes les questions bilatérales qui occupent les deux côtés ainsi que la rencontre des responsables égyptiens dans différents secteurs.

Le 8ème axe : 

Le Secrétariat a donné beaucoup d’importance à la dimension économique dans les relations bilatérales entre l’Egypte et ces pays, du principe de l’importance de l’augmentation de l’échange commercial et celui de l’ouverture des marchés commerciaux mutuels.

Ces préoccupations sont les suivants :

1.      L’intérêt porté par le secrétariat de faire connaître les entreprises égyptiennes et les Hommes d’Affaires égyptiens et des opportunités disponible dans les marchés de ces pays.

2.      La coordination entre les entreprises égyptiennes travaillant dans le domaine de médicaments et les pays du Commonwealth pour leur permettre l’enregistrement et la vente des médicaments égyptiens dans ces pays.

3.      Pour faciliter les procédures concernant l’établissement d’exposition égyptienne dans ces pays, de même que la coordination avec les Autorités égyptiennes en vues de donner plus de chances aux pays participants à ces expositions.

4.      La contribution aux visites des légations de ces pays aux différents Autorités égyptiennes comme le Ministère de la Santé, de la Culture et celui du Sport et de la Jeunesse.

5.      Le Secrétariat a porté intérêt à participer au financement d’un nombre de conférences internationales tenues en Egypte dans les domaines scientifiques et culturelles à travers le paiement des frais de l’accueil des légations des pays du Commonwealth participant aux affaires de ces conférences.

6.      La participation à beaucoup de Forums internationaux tenues au pays du Commonwealth et l’importance de la présence effective de l’Egypte dans ce Forum.

      Ainsi que la présentation des recherches demandées dans les sujets comme la participation au Forum tenu au Turkménistan sur l’Asie centrale et enfin le Forum tenu au Japon sur les mêmes pays.

7.      Pour couronner les efforts du Secrétariat à cet égard, il a fait des appels à tous les niveaux gouvernementaux et officiels ainsi qu’au secteur privé pour tenir une conférence discutant le relèvement des obstacles mis en face des relations économiques entre l’Egypte et les 6 pays islamiques du Commonwealth dont les circonstances économiques se ressemblent.

Cette Conférence permettra la rencontre des officiels et faire connaissance de ces difficultés tout en donnant une chance pour trouver les solutions convenables pour renforcer ces relations.

A travers le programme d’entraînement présenté aux pays de la région et la légation d’experts égyptiens, celui-ci a permis au Secrétariat de réaliser un grand équilibre et une activation de son rôle.

Par conséquent le Secrétariat a une voix entendu formant un réel soutien et un mécanisme effectif du Ministère des Affaires étrangères égyptien pour accomplir sa mission en vue de soutenir et renforcer les relations bilatérales avec ces pays.