l'Union africaine

​Introduction général:

​L'Organisation de l'unité africaine (OUA) a été crée en 1963 pour la libération du colonialisme et la réalisation de la stabilité, la sécurité et le développement dans le continent africain, ainsi que la coordination entre les pays africains sur les questions africaines. L'OUA s'est ensuite transformée en l'Union africaine. Ses objectifs ont été adaptés aux nouveaux espoirs et aspirations des peuples et des pays africains et sont devenus très axés sur la réalisation de l'intégration économique et régionale. Aussi la nécessité de revoir les fonctions et la structure de l'organisation et l'Acte constitutif de l'Union africaine a été adopté au Sommet de Lomé au Togo en 2000.

L'Union africaine a été officiellement crée en juillet 2002; tous les pays africains (55 pays) sont actuellement membres de l'Union après le retour du Maroc lors du Sommet d'Addis-Abeba en janvier 2017. Le dernier pays ayant adhéré à l'Union africaine avant cela est le Soudan du Sud en juillet 2011.

Actuellement, la principale préoccupation de l'Union africaine consiste à réaliser un développement durable compréhensif pour les pays du continent en mettant en œuvre le "l'Agenda 2063 pour le développement", ainsi qu'en maintenant la paix et la sécurité dans le continent en activant la structure africaine de paix et de sécurité, la bonne gouvernance et le transfert pacifique du pouvoir dans le continent grâce à l'application des principes et documents pertinents de l'UA.

Le Sommet ordinaire de l'Union africaine se tient chaque année en janvier / février, en plus de ce qui précède, une réunion de coordination entre le Bureau de l'Union africaine et les chefs des Communautés économiques régionales africaines se tient chaque année aussi. Les chefs d'État des pays africains se succèdent chaque année sur la présidence tournante de l'Union entre les cinq régions géographiques du continent.


Les organes de l'Union africaine:

 1- Conférence de l'UA (niveau sommet):

La plus haute autorité de l'Union; composée des chefs d'État ou de gouvernement ou de leurs représentants, et se réunit au moins deux fois par an.

Le chef de l'État ou du gouvernement préside la Conférence après consultations entre les États Membres pour un an, en alternance entre les cinq régions africaines (Nord / Centre / Ouest / Est / Sud). Un thème principal est déterminé pour chaque sommet.


2- Conseil exécutif (CE):

Composé des ministres des affaires étrangères ou des ministres nommés par leurs gouvernements.

Il se réunit normalement deux fois par an en deux sessions ordinaires et en sessions extraordinaires à la demande d'un État membre et avec l'approbation des deux tiers des membres. Le quorum pour ses réunions est constitué des deux tiers des membres.


3- Comité des représentants permanents (CRP):

Composé des ambassadeurs ou des délégués permanents accrédités auprès de l'Union. Il est chargé de la préparation des travaux du Conseil exécutif et agit conformément à ses instructions. Il est possible de former des sous-comités ou des groupes de travail si nécessaire.


4- Parlement panafricain (PAP):

L'Acte constitutif de l'Union africaine prévoit la création du Parlement panafricain en tant qu'organe de l'Union africaine chargé de garantir la pleine participation des peuples africains au développement et à l'intégration du continent.


5- Commission de l'Union africaine (CUA):

La Commission est le secrétariat de l'Union. Elle est composée d'un président, d'un vice-président et de huit commissaires chargés des questions liées à la paix et à la sécurité, aux affaires politiques, aux infrastructures et à l'énergie, aux affaires sociales, aux ressources humaines, à la science et à la technologie, au commerce et à l'industrie, l'économie rurale et l'agriculture et les affaires économiques. Les membres de la Commission sont élus pour des mandats de quatre ans, renouvelables une fois.

L'actuelle Commission de l'UA est présidée par S.E.M. Moussa Faki Mahamat, du Tchad, et a été élue lors du Sommet d'Addis-Abeba (janvier 2017). C'est le quatrième corps à présider la Commission de l'UA depuis sa création, comprenant également Dr. Amani Abou Zeid, commissaire en charge des infrastructures et de l'énergie.


6- Comités techniques spécialisés (CTS):

14 comités, notamment le comité sur la défense, la sûreté et la sécurité, le comité sur la migration, les réfugiés et les personnes déplacées internes, le comité sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l'intégration, et le comité sur le transport, les infrastructures transcontinentales, interrégionales, l'énergie et le tourisme.

L'objectif des comités spécialisés est de réduire le nombre de réunions ministérielles en regroupant un nombre de réunions ministérielles sous un comité technique spécialisé.


7- Le Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC):

L'ECOSOCC a pour objectif de soutenir et d'encourager le dialogue entre les peuples africains, de les guider sur les différentes questions vitales et de garantir leur participation active à la mise en œuvre et à l'évaluation des programmes de l'UA.


8- Institutions financières:

Comprenant le Fonds monétaire africain, la Banque africaine d'investissement (Libye) et la Banque centrale africaine (Nigéria).


9- Institutions judiciaires et des droits de l'homme:

- La Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP):

  • L'Égypte a signé la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples le 16/11/1981 et l'a ratifiée le 20/3/1984.

- La Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (la Cour):

  • L'Égypte a signé le Protocole portant création de la Cour le 17/2/1999 et ne l'a pas ratifié.

- Le Comité africain d'experts sur les droits et le bien-être de l'enfant (CAEDBE):

  • L'Égypte a signé la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant le 30/6/1999 et l'a ratifiée le 9/5/2001.
  • Dr. Azza Ashmawy, ancienne Secrétaire générale du Conseil national pour l'enfance et la maternité en Égypte, a été élue membre du Comité en 2013 pour une période de cinq ans.

 

10- Le Conseil de paix et de sécurité (UA-CPS):

Il a été crée en 2004 et ses décisions sont contraignantes pour tous les États membres de l'UA.

Il est composé de 15 membres, dont 10 sont élus pour deux ans et cinq pour trois ans, selon un système de rotation, conformément au principe de la représentation géographique du continent. L'Égypte est membre du Conseil pour une période de trois ans à compter d'avril 2016.

 

11- Institutions légales:

- Conseil consultatif de l'Union africaine sur la corruption:

  • Le Conseil a été crée en 2006 en vertu de l'article 22 de la «Convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption», dans le but de promouvoir l'adoption et l'application de mesures de lutte contre la corruption dans le continent et de conseiller les gouvernements sur la manière de lutter contre la corruption dans leurs pays dans leurs législations nationales.
  • Le Président de la République a signé la Convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption lors du Sommet d'Addis-Abeba (janvier 2017).

- Commission de l'Union africaine sur le droit international (CUADI):

  • La Commission de l'UA sur le droit international a été crée en février 2009 en vertu du statut de la Commission de l'Union africaine sur le droit international en tant qu'organe consultatif indépendant habilité à suivre l'évolution du droit et des législations internationaux.
  • Le juge égyptien, le conseiller Mohamed Barakat, a remporté les élections à la Commission du droit international de l'Union africaine, qui se sont déroulées en marge du sommet de l'Union africaine tenu à Addis-Abeba en janvier 2015.