Services consulaires

Go
Nouvelles :
  • Il n'y a pas de données disponibles
  • Il n'y a pas de données disponibles
Maison > Ministre > Communiqués de Presse

Date : 
Source:

Le 30 mai 2010…

 

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Ahmed Aboul Gheit, a appelé la Communauté Internationale à réagir en faveur des revendications Africaines légitimes envers la représentation de l'Afrique équitablement aux différentes instances du système économique et politique international, de sorte à mettre fin à la marginalisation à laquelle fait face le continent et à son absence de ces instances.

 

Lors de son intervention le 30 mai à la réunion ministérielle préparatoire du Sommet Afrique-France, tenue à Nice, le Ministre des Affaires Etrangères a affirmé que la soumission de l'Afrique de cette revendication de justice émane de sa nouvelle forte position après avoir réussi à développer un  système intégral de la paix et de la sécurité qui a prouvé son efficacité réelle à travers les mécanismes de pré-alerte et du  Conseil de paix et de sécurité et la Force Africaine en attente (FAA).

 

Le Ministre des Affaires Etrangères a indiqué que les défis de la stabilité, de la sécurité et du développement en Afrique sont nombreux et l'Egypte cherche constamment, avec les pays frères d'Afrique et les partenaires internationaux à y faire face.

Il a également indiqué que le dossier du changement climatique représente un des plus grands défis auquel font face les peuples de l'Afrique aujourd'hui, vu que les menaces du changement climatique en Afrique ne se limitent pas uniquement à la situation environnementale, mais elles affectent également  ses potentialités en agriculture, ses terres fertiles et ses cotes ; vu que plusieurs villes côtières sont menacées de disparaitre dans l’eau.

 

Le Ministre des Affaires Etrangères a ajouté que l'Afrique fait face à des défis accumulés et à d'autres reliés l'un à l'autre, parmi lesquels la crise alimentaire, la crise économique et financière mondiale, le changement climatique et l'échec des économies Africaines à répondre aux besoins de conformité requise afin de surmonter une crise causée par d'autres parties internationales, vu que l'Afrique, qui ne contribue presqu’en rien aux dégagements internationaux, paye à elle seule, le prix de l’abus par lequel s’est caractérisée la performance environnementale internationale au cours des années.

 

Le Ministre des Affaires Etrangères a clarifié que la France représente l'un des plus importants partenaires internationaux à l'Afrique, non seulement eu égard de l'histoire et la géographie, mais également vu l'engagement de la France envers l'établissement d'un partenariat réel avec l'Afrique, se basant sur un échange commercial actif, une présence effective en matière d'investissement et une émigration raisonnée.

 

Il a ajouté que l'Afrique mérite de plus grandes opportunités et priorités dans le domaine du transfert de la technologie, du développement des technologies amies de l'environnement et des opportunités commerciales plus adéquates au niveau international, ce qui revendique la compréhension du partenaire Français et de toutes les parties de la Communauté Internationale des visions Africaines dans ces domaines.

 

Le Ministre des Affaires Etrangères a indiqué que les Leaders Africains  sont sérieusement disposés à prendre des démarches intégrales dans l'action Africaine commune qui vise à une renaissance autonome de l'Afrique, qui a quand même pu prouver sa capacité, malgré tous ces défis, à réaliser un développement, à relancer le taux de développement, à survivre et à agir sur la scène internationale.

 

Il a enfin affirmé que l'Afrique d'aujourd'hui aspire à un partenariat d'égalité, dans lequel chaque partie assume inconditionnellement ses responsabilités  et en tenant compte de la particularité de la situation en Afrique.

Haut