Services consulaires

Go
Nouvelles :
  • Il n'y a pas de données disponibles
  • Il n'y a pas de données disponibles
Maison > Ministre > Communiqués de Presse

Date : 
Source:

Le 18 février 2010…

 

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Ahmed Aboul Gheit, a apprécié, ce 18 février, le dialogue qui s'est déroulé au Conseil des Droits de l'homme affilié aux Nations Unies durant la révision de la situation des Droits de l'homme en Egypte, dans le cadre de la révision périodique que le Conseil effectue pour tous les pays du monde,  laquelle a commencé depuis environ deux ans et a regroupé jusqu'à présent 96 pays.

 

Le Ministre Aboul Gheit a affirmé que l'estime de la Communauté Internationale des achèvements égyptiens dans le domaine des Droits de l'homme, notamment durant ces cinq dernières années, était manifeste en fond et en quantité des déclarations prononcées par les représentants des pays membres au Conseil de la part des groupes arabe, islamique, asiatique, européen et latin, qui ont tous apprécié l’actualisation politique et le développement social  réalisés pour renforcer les droits de l'homme et les principales libertés, tout en appelant l'Egypte à poursuivre ses démarches à cet égard.

 

M. Aboul Gheit a ajouté que plus de cinquante pays ont participé à ce dialogue, parmi plus de cent pays qui avaient enregistré leur nom dans la liste des orateurs, mais le temps n'a pas permis leur participation à tous dans la discussion durant laquelle les orateurs ont posé des questions et soumis des explications concernant les droits de l'homme en Egypte.

 

Le Ministre Aboul Gheit a clarifié que le dialogue a reflété le suivi  de la communauté internationale des démarches que l’Egypte entreprend pour renforcer les droits de l'homme, à savoir sur le volet  législatif à travers les amendements constitutionnels et légaux, ainsi que le volet institutionnel connexe au renforcement de l'infrastructure des droits de l'homme à travers l'établissement des trois conseils nationaux des droits de l'homme, de la femme,  de l'enfant et de la maternité, ainsi que les bureaux de plaintes et les comités et unités des droits de l'homme au sein du gouvernement, et enfin le volet de l’enseignement et de la propagation de la culture des droits de l'homme parmi le peuple.

 

Par ailleurs, le ministre a ajouté que, selon le système de révision, les représentants des pays participant au dialogue ont présenté des recommandations spécifiques à l'Egypte, liées à des domaines précis des droits de l'homme. Il a clarifié que la majorité de ces recommandations concerne des droits auxquels l'Egypte accorde effectivement une grand importance et y a réalisé des pas accélérés, notamment concernant le renforcement de la participation de la femme à la vie politique et l'adoption d'une loi de lutte contre le terrorisme, de protection des droits de l'enfant et du renforcement de l'accès des citoyens aux droits à la santé, à l'éducation et au logement.

 

M. Aboul Gheit a indiqué qu'il y a eu également d'autres recommandations présentées par un nombre limité de pays occidentaux mais que l’Egypte a refusées pour leur contradiction totale aux valeurs sociales et culturelles de la communauté égyptienne, telle les questions reliées à l’homosexualité ou la modification de certaines règles du statut des affaires personnelles prises de la Shari'a musulmane.

 

Le Ministre Aboul Gheit a conclu sa déclaration en réaffirmant que le processus de révision était une bonne opportunité pour exposer le progrès que l’Egypte  a réalisé dans le domaine des droits de l'homme et pour échanger les expertises avec les autres pays à cet égard, affirmant également l'intention de l’Egypte de poursuivre sa coopération avec le Conseil international des droits de l'homme et les autres mécanismes des Nations Unies concernés par les droits de l'homme.

 

 

 

 

Haut