Services consulaires

Go
Nouvelles :
  • Il n'y a pas de données disponibles
  • Il n'y a pas de données disponibles
Maison > Le Porte-Parole > Articles et Interviews

Détails des articles


Date :  
Source:  

Le ministre adjoint des affaires étrangères pour des affaires multilatérales et la sécurité internationale, l'Ambassadeur Hicham Badr, a prononcé le communiqué de la République Arabe d’Egypte, au nom du ministre des affaires étrangères, le 5 mars 2014 à Genève devant le parti de haut-niveau à la 25e session du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, lors duquel il a affirmé que l’Egypte est témoin depuis 2011 de transformations sociales radicales accélérées qu’il incombe d’assimiler objectivement et globalement, sans les considérer des actes individuels. Il a en outre affirmé que le peuple égyptien est désormais le principal activateur de la vie politique en Egypte, le parrain et premier défenseur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales pour réaliser la démocratie avec une volonté politique populaire refusant toute vision ou dictat étrangers.  


Badr a souligné que l'Egypte est engagée à la mise en œuvre de la feuille de route de l’avenir pour la transformation démocratique et la protection des droits de l'homme et des libertés en réponse à la volonté des masses du peuple égyptien, indiquant que le peuple égyptien a approuvé une nouvelle constitution qui instaure une étape historique de son époque moderne, et a satisfait ses aspirations et suivi le rythme des développements contemporains quant à la rédaction de la constitution. L'Ambassadeur Badr a expliqué que le Chapitre - de la Constitution portant sur les droits et les libertés - représente une mutation dans les constitutions égyptiennes, comme il a garanti une totale égalité des droits et des devoirs entre les citoyens sans exception ni discrimination. Il a également confirmé que la nouvelle Constitution, comprenant 45 nouveaux articles sans précédent au domaine de la promotion et de la protection des droits de l'homme, constitue une reproduction mise à jour de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948.

L’Ambassadeur Hisham Badr a expliqué que l'Egypte, malgré les défis auxquels elle fait face, n'est pas inquiète pour son avenir puisqu’elle possède un énorme élan qu’est une nouvelle génération de jeunes qui sauront la mener vers l’abri. Les millions d’égyptiens qui sont sortis pour approuver la Constitution de 2014 ne permettront aucun obstacle au processus démocratique, le mieux illustré par l'énorme soutien populaire à la feuille de route de l’avenir manifesté dans le taux de participation sans précédent au référendum sur la constitution janvier dernier.


Selon le ministre adjoint, le peuple et le gouvernement égyptiens font  face aujourd'hui à un danger imminent qui entrave le processus de la justice transitionnelle et la réconciliation nationale: le danger du terrorisme qui est en escalade aux derniers mois, menaçant les vies des civils avant celles des forces de sécurité, en plus des établissements, institutions et biens publics et privés, ce dans une tentative d’obstruer le processus de transition démocratique et de créer une atmosphère de chaos et d'instabilité.


Badr a appuyé la nécessité que la communauté internationale s’engage à ne pas fonder le travail du Conseil International des Droits de l'Homme, et promouvoir son rôle pivot assurant le respect des droits de l'homme et du droit international humanitaire pour tous pays et peuples sans exception ni discrimination, y compris les territoires sous occupation, dont à la tête les territoires palestiniens. Il a ainsi affirmé le refus tranchant de l'Egypte des récentes tentatives du Knesset israélien d'imposer la souveraineté israélienne sur la mosquée Al- Aqsa.


L'Ambassadeur Badr a également dénoncé l’escalade remarquable des phénomènes d'islamophobie, du racisme et de xénophobie, particulièrement à la lumière des discriminations et des violations de droits fondamentaux auxquels les communautés musulmanes et les immigrés sont exposés dans certaines régions du monde; des violations allant jusqu’au blasphème, et qui représentent une menace pour la stabilité et la sécurité des sociétés, ce qui appelle à une action sérieuse sur tout niveau afin de faire face aux courants d'extrémisme, de discrimination et du racisme avec toute force et détermination. M. Badr a conclu le communiqué en exprimant l'appréciation de la République Arabe d'Egypte à ses amis qui se sont tenus à ses côtés dans ce moment critique de son histoire, et ont bien compris ces défis, ajoutant que l'Egypte n’oubliera pas ceux qui la critiquent sans être conscients de la réalité des faits que l’ont vit chaque jour en vue d’un avenir meilleur.

Haut