Services consulaires

Go
Nouvelles :
  • Il n'y a pas de données disponibles
  • Il n'y a pas de données disponibles
Maison > Le Porte-Parole > Articles et Interviews

Détails des articles


Date :  
Source:  

 

1.      Les Ministres des Affaires Étrangères des pays voisins de la Libye ont tenu leur 10ème réunion au Caire  le 21 janvier 2017, sous la présidence de S.E M. Sameh CHOUKRY, Ministre des Affaires Étrangères de la République Arabe d’Égypte. Ont participé à la réunion :

-          S.E. M. Abdelkader Messahel, Ministre des Affaires Maghrébine, de l’Union Africaine et de la Ligue des Etats Arabes, République Algérienne Démocratique et Populaire.

-          S.E. M. Khemaies Jhinaoui, Ministre des Affaires Étrangères, République de Tunisie. 

-          S.E. M. Mohamed Taher Siala, Ministre Mandate des Affaires Étrangères, État de Libye.

-          S.E. Mme. Salamatou Lamido Ousseini, Ministree Déléguée Chargé de l'Intégration Africaine et des Nigeriens a l’ Exterieur, la République du Niger.

-          S.E. Amb. Hassan Adam, Ambassadeur de la République du Tchad.

-          S.E. M. Mahmoud Abdel Halim Ambassadeur de la République du Soudan au Caire

2.      Ont pris également part à cette réunion, S.E. M. Ahmed Aboul Gheit, le Secrétaire Général de la Ligue des États Arabes, S.E. M. Martin Kobler, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, et S.E. M. Jakaya Kikwete, l’ancien Président de la République unie de Tanzanie, le Haut Représentant l’Union Africaine pour la Libye.

3.      Les Ministres ont revu les derniers développements de la situation en Libye, notant qu'il n’y a aucune autre alternative que celle de tenir fermement  à l’accord politique Libyen signé en Décembre 2015 à  Skhairat en tant que cadre unique pour sortir de la présente crise en Libye, conformément aux principes fondamentaux convenus lors des réunions ministérielles tenues dans les états voisins de la Libye au Caire, à Ndjamena, à Khartoum, à Alger, à Tunis, et à Niamey , tout en soulignant les principes suivants:

a.      Préserver la sécurité, la stabilité, l’unité de la Libye, ainsi que son intégrité territoriale et la cohésion de son peuple.

b.      Rejeter toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures libyennes.

c.        Préserver les institutions légitimes de l'État libyen, maintenir leur unité,  respecter l’état de droit, et  garantir la séparation des pouvoirs ainsi que la justice sociale.

d.      Préserver l’unité de l’armée libyenne et veiller à la présence d’une police nationale chargée de protéger le pays selon les dispositions de l’accord politique libyen en vue d’assumer ses fonctions visant a maintenir la sécurité et la stabilité de l’État Libyen ainsi que ses institutions légitimes.

e.       Consolider le principe du consensus sans marginalisation ni exclusion tout en renforçant le dialogue inclusif entre toutes les parties libyennes, renonçant la violence et faire prévaloir l'intérêt supérieur de la réconciliation nationale.

f.       Préserver le caractère civil de l’État, ainsi que le processus démocratique, et la dévolution pacifique du pouvoir.

4.      Les Ministres ont réitéré de nouveau leur soutien au Conseil Présidentiel du gouvernement d’entente nationale de la Libye issu de l’accord politique Libyen qui établit un règlement politique définitif a la crise. Les Ministres ont appelé le Conseil Présidentiel à former un gouvernement d’entente national représentant toutes les parties politiques Libyennes. Ils ont ainsi encouragé la chambre des représentants Libyenne à tenir une réunion en vue d’examiner les sujets relatifs au gouvernement et de lui accorder la confiance selon les dispositions de l’accord politique Libyen en vue d’assumer ses fonctions.

5.      Les Ministres ont exprimé leur volonté de poursuivre leur action en vue d’encourager et de favoriser le succès du processus politique en Libye, ainsi que d'assurer les conditions nécessaires permettant d’instaurer la stabilité et la sécurité dans toutes les régions de la Libye en coopération avec les efforts louables entrepris par M. Martin KOBLER, Le Représentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU pour la Libye et Chef de la Mission d’Appui des Nations Unies en Libye, ainsi que les efforts de Monsieur Jakaya kikwete, l’ancien Président tanzanien, le Haut Représentant l’Union Africaine pour la Libye, et l’ambassadeur Salah El Din El Gamaly, le représentant du Secrétaire Général de la Ligue des États arabes.

6.      Les Ministres ont réitéré leur rejet total d’une solution militaire à la crise libyenne, en raison des répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité de la Libye en particulier et sur les pays voisins en général. Ils ont souligné que le dialogue inclusif entre les parties prenantes libyennes est le seul moyen permettant de resoudre la crise.

7.              Les ministres ont souligné leur refus de toute intervention militaire étrangère en Libye, soulignant que la lutte contre les groupes terorristes en Libye doit s’effectuer dans le cadre de la légalité internationale et que les opérations a cet egard doivent se dérouler suite à la demande du Conseil Présidentiel du gouvernement d’entente nationale,  conformément à la légalité internationale, et en particulier la résolution numéro 2259 du Conseil de Sécurité datant le 23 Décembre 2015 ainsi que la charte des Nations Unies.

8.              Les ministres ont examiné la situation particulièrement grave que vit le peuple Libyen suite à la crise politique et sécuritaire et ses repercussions multiples. Dans ce contexte, ils ont exprimé leur préoccupation vis-à-vis de la présence continue des groupes terorristes dans certaines régions Libyennes, ce qui représente un véritable danger à la fois pour le peuple Libyen et pour l’avenir de son processus politique.

9.               Les ministres ont souligné l’importance de renforcer la coopération et les consultations au niveau de la sécurité des frontières entre les pays du voisinage ainsi que la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, le crime organisé et autres types de trafics transfrontaliers, notamment la drogue, les armes, les combattants etrangers et l’immigration clandestine. Ils se sont convenus, dans ce contexte, à tenir une reunion d’experts en vue de concretiser des propositions specifiques à cet égard à la prochaine réunion des Ministres des Affaires Etrangères.

10.        Les ministres ont rendu hommage aux succès réalisés en vue de combattre le terrorisme dans les diverses zones libyennes et en particulier  à Benghazi et Syrte, ils ont ainsi souligné la nécessité de poursuivre les terroristes qui quittent ces deux villes  à fin d’empêcher leur présence dans d’autres zones de la Libye et dans les pays voisins.

11.  Les Ministres ont affirmé le rôle principal et déterminant  du mécanisme des États voisins de la Libye du fait que ces états sont concernés en premier lieu par l’instabilité en Libye et sont ainsi les plus touchés par cette crise. Par conséquent, ils ont invité les États et les organisations régionales et internationales désirant de contribuer à la sortie de la crise à prendre en compte l’approche du mécanisme du groupe des états voisins ainsi que la position et la vision du groupe relatives à la situation actuelle en Libye lors de l’examen de n’importe quel effort visant à résoudre la crise de sorte que ça soit dans le cadre des Nations Unies.

12.  Les ministres ont salué les efforts déployés par les pays voisins et la tenue des réunions récemment au Caire, à Alger, et à Tunis, et de leurs démarches visant au règlement de la crise en Libye et de ses répercussions ainsi que des consultations tendant  à rapprocher les positions des parties Libyennes pour le règlement politique dans le cadre du processus initié par l’ONU et  à associer les principales parties dans le cadre d’un dialogue inclusif inter Libyen et encouragent les pays voisins à déployer des efforts davantage pour la coordination de toutes ces démarches.   

13.  Les Ministres ont exprimé leur préoccupation quant à la grave situation humanitaire en Libye ainsi que les conditions de vie difficile dont vit les citoyens Libyens. À ce propos, les Ministres ont rendu hommage au rôle joué par les institutions légitimes centrales et municipales dans les diverses zones de la Libye visant à fournir les produits de premières nécessités aux citoyens.

14.       Les Ministres ont affirmé l’importance que la communauté internationale fasse la coordination nécessaire avec les autorités légitimes Libyennes en vue d’exécuter en 2017 un plan humanitaire en Libye, comme le peuple Libyen souffre d’un manque grave de médicaments et de matériel médical dans les hôpitaux et les établissements sanitaires dans les diverses régions de la Libye.

15.       Ils ont appelé au déblocage des avoirs de la Libye gelés dans les banques étrangères pour que, ces ressources, qui sont la propriété du peuple Libyen, puissent être affectée pour répondre à ses besoins nationaux au moment opportun par le Conseil Présidentiel.

16.       Les Ministres ont appelé à la présidence égyptienne de la réunion de transmettre le présent communiqué au Secrétaire Général de l'ONU, à la Présidence du Conseil de sécurité des Nations-Unies, au Secrétaire Général de la Ligue des États arabes et á la Présidente de la Commission de l’Union africaine.

17.       Les Ministres ont demandé à la présidence de la réunion de transmettre leur sincère gratitude et leur haute considération à S.E le Président de la République Arabe d’Égypte M. Abdel Fattah Al SISSI, ainsi qu’au gouvernement égyptien pour leur hospitalité, leur accueil chaleureux, ainsi que de leurs efforts en vue de résoudre la crise en Libye.

18.  Les Ministres ont convenu de tenir à Alger la 11ème Réunion Ministérielle des Ministres des Affaires Étrangères des États voisins de la Libye à a une la date qui sera fixée ultérieurement. Les ministres se sont ainsi mis d’accord à garder le mécanisme des états voisins en séance continue afin de suivre les développements en Libye.

 

Fait au Caire. Le Samedi 21 Janvier, 2017.

Haut