Services consulaires

Go
Nouvelles :
  • Il n'y a pas de données disponibles
  • Il n'y a pas de données disponibles
Maison > Le Porte-Parole > Articles et Interviews

Détails des articles


Date :  
Source:  

La négligence délibérément continue de certaines entités étrangères à différencier entre les sentences prononcées en présence des défendeurs et celles prononcées par contumace et à considérer les jugements comme étant collectifs contre des centaines, en dépit des clarifications répétées.

Ainsi, ces entités  désignent systématiquement les procès du président destitué et ses partisans de politisés, bien qu'ils portent sur des actes criminels pénalisés par le code pénal; ce qui constitue une tentative délibérée de désinformer et de discréditer le système judiciaire égyptien. Ce sont des tentatives désespérées pour imposer des dictats, des visions et des politiques qui sont incompatibles avec la volonté du peuple égyptien. Ainsi, rejetant toutes formes de préjugés ciblant l'Egypte, nous conseillons ces parties de revoir leurs politiques et procédures qu'elles suivent systématiquement sur les plans interne et externe et où elles ont deux poids deux mesures.

L'accusation selon laquelle les sentences violent les valeurs et les normes judiciaires universelles, n'est qu'une attaque contre un pouvoir judiciaire prestigieux auquel le peuple égyptien fait confiance pour rendre justice selon la Constitution et la loi. Il est surprenant que ces entités tentent de s'instituer l'autorité d'évaluation d'autres sociétés qui rejettent évidemment cette attitude et se méfient de ses motivations et objectifs.

Le Ministère condamne également le fait que ces pays et organisations négligent délibérément le fait que les accusés ont été déclarés coupables par des procès équitables d'avoir commis des actes criminels et non pas politiques, dont la prise d'assaut de prisons, mettant le feu à des bâtiments gouvernementaux et de la police, vandalisé et pillé leur contenu, et saisi les armes et les munitions contenues dans leurs stocks, et d'avoir commis des hostilités et des actes militaires, outre le meurtre de plus de cinquante policiers et prisonniers, et l'aide à l'évasion de la prison de leurs éléments et plus de vingt mille prisonniers criminels. En outre, les accusés ont été condamnés dans la seconde affaire, dans laquelle ils sont accusés de crimes d'espionnage avec des entités et des organisations étrangères, de divulgation de secrets de sécurité nationale et de coordination avec des groupes terroristes internes et externes en vue de préparer des opérations terroristes dans le pays.

Le Ministère tient à rappeler à ces États et organisations que la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la magistrature sont un principe fondamental de tout système démocratique. À cet égard, il souligne les garanties prévues par la loi égyptienne assurant un procès équitable aux accusés, en protection à leurs droits. Les procès se déroulent devant des tribunaux ordinaires, à savoir la Cour pénale compétente présidée par un juge ordinaire. Toutes les procédures judiciaires sont garanties aux accusés afin de leur assurer un procès équitable conformément aux normes internationales et aux dispositions de la Constitution égyptienne et du code pénal. Il convient de noter que les sentences prononcées aujourd'hui ne sont pas définitives, puisque les accusés ont la faculté de faire appel des décisions de première instance deux fois en saisissant la Cour de cassation selon les délais déterminés par la loi.

Veuillez trouver ci-joint un mémo expliquant les deux procès et le système judiciaire égyptien, traduits et distribués en anglais et en français, afin de clarifier la question aux parties impartiales qui tiennent à être au courant des faits tels qu'ils le sont, sans la manipulation politisée.


Haut